eteindre-son-telephoneArrivée timidement en Afrique ces dernières années, la téléphonie mobile 3G est bien décidée à profiter du succès des téléphones portables sur le continent pour exploser ce marché. Il semblerait que malgré les réticences de plusieurs experts et industriels qui pensaient que le développement du web mobile en Afrique était inutile, les Africains se sont déjà ouverts à cette nouvelle technologie.

En effet, lors de l’implantation de la téléphonie mobile 3G dans certains pays africains comme l’Afrique du Sud, le Kenya ou encore l’Égypte, certains opérateurs ont fait l’objet de légères critiques de la part d’experts qui doutaient de la nécessité d’un tel service pour un continent qui manquait encore alors de services de base comme l’envoi des messages SMS. Ainsi, pour beaucoup, le choix des entreprises telles que Vodacom et MTN, leaders de télécommunication en Afrique, de lancer cette nouvelle technologie dite de troisième génération, était prématuré car il était inadapté aux besoins des Africains. Mais l’engouement de ces derniers pour les nouvelles technologies de la téléphonie mobile a eu raison de leur réserve. 
Un rapport de juillet 2010 d’Opera (créateur de navigateur Internet norvégien) sur les usages d’Internet mobile, obtenus grâce à Opera Mini, son navigateur à destination des appareils mobiles comme les téléphones portables ou les PDA, montre que l’Internet mobile continue de croître à un rythme exponentiel en Afrique. Ainsi, selon cette étude qui s’est particulièrement concentrée sur les douze premiers pays africains de ce classement utilisant Opera Mini, le nombre de pages consultées a augmenté de 182% en 2009 tandis que le nombre de visiteurs uniques a connu une croissance de 124% sur la même période et que la quantité de données transférées a bondi de 160%. Par ailleurs, les premières marches de ce classement sont occupées par le Soudan et le Ghana avec des taux de croissance impressionnants concernant le nombre de pages visionnées (respectivement 4 645% et 916%). « Le web mobile est essentiel dans une région du monde où le taux de pénétration du téléphone mobile est significativement plus élevé que celui de l’ordinateur personnel. La disponibilité grandissante des téléphones mobiles fait que le web mobile peut atteindre des dizaines de millions de personnes de plus que ne peut le faire l’internet fixe », a ainsi indiqué le co-fondateur d’Opera, Jon Von Tetzchner dans le communiqué accompagnant le rapport. Sur le continent africain, ce navigateur est principalement installé sur les Nokia, l’une des marques les plus populaires avec Sony Ericson, Samsung et LG.

Cette croissance continue de l’Internet mobile en Afrique peut s’expliquer par le fait que pour beaucoup d’Africains, le téléphone portable représente leur unique moyen pour avoir accès à une connexion internet, à défaut d’un ordinateur personnel ou d’un cybercafé. C’est pourquoi depuis peu, de nombreux opérateurs en Afrique ont décidé de sauter le pas de la 3G en se ruant sur ce marché juteux, même si les communications classiques et les échanges de messages SMS continuent d’occuper une place importante dans les échanges de données.

Source : afriqueexpansion.com