telephone au senegalLes consommateurs ne comptent pas baisser les bras face à l’augmentation de 2 % qui a été instaurée par la loi 2008-46 du 3 septembre 2008 portant création de la Redevance d’utilisation des télécommunications (Rutel) et qui est applicable depuis le 1er février. En conférence de presse hier, l’Ascosen, l’Uncs et leurs partenaires ont invité les consommateurs à boycotter tous les services de télécommunications la journée du vendredi.

 

En guise de riposte face à l’augmentation de 2 % sur l’utilisation des télécommunications, les associations de consommateurs demandent à la population de boycotter les agences de télécommunications, les boutiques, d’arrêter toute opération de paiement de facture de télécommunications, d’abonnement, d’achat et de partage de crédit durant la journée du vendredi. De même, ces associations demandent aux consommateurs d’éteindre leurs portables de 13 h à 15 h. Ainsi, un texte de 160 caractères et un mailing seront envoyés à certains qui se chargeront de le faire suivre à leurs connaissances. Cette mesure est effective depuis hier. Quid des conséquences que ces actions peuvent engendrer chez les consommateurs ? Les associations consuméristes soutiennent que ‘cela fera perdre, rien qu’à la Sonatel qui est grosse boite, plus d’un milliard pour cette journée’.

A en croire Momar Ndao, l’Etat a failli à sa mission première qui est de protéger le pouvoir d’achat des Sénégalais et de veiller au respect de ses engagements. ‘Il a décidé, lui-même, d’achever le consommateur déjà totalement fatigué, en passant par les opérateurs de télécommunications’ soutient-il. Sur la même lancée, les consuméristes estiment qu’en instaurant cette augmentation sur plus de 5 millions d’usagers de téléphones et plusieurs autres milliers bénéficiaires des télécommunications résidant au Sénégal et au vu des chiffres d’affaires des opérateurs déjà opérationnels, sans compter le chiffre d’affaires du nouvel opérateur, l’Etat va récupérer au minimum 33 millions 336 mille 713 par jour. Soit plus de 12 milliards de francs sur le dos des consommateurs.

S’associant à cette journée de boycott, Jacques Habib Sy, président de Transparency International s’est inscrit sur le même registre. Pour lui, il est du rôle de l’Etat de garantir l’accès aux télécommunications même pour les zones les plus reculées. Et Jacques Habib Sy d’ajouter :’ trop de taxe tue l’économie et partout c’est la même clameur qui s’élève de la foule. C’est le désarroi total avec cette cherté des denrées. Donc, l’Etat devrait être plus humain par rapport à sa politique commerciale car il taxe sur une taxe déjà existante, ce qui fait qu’il est en contradiction avec les consommateurs’.

Les femmes comptent jouer pleinement leur rôle dans le mouvement. Selon la présidente des femmes de l’Ascosen, Ndeye Sagar Tall, le téléphone est un service universel, donc son accès est ouvert à tous. ‘En se retrouvant taxée à nouveau avec les 18 % sur les factures d’électricité, il faut dire que c’est excessif. J’invite les femmes à suivre massivement ce mot d’ordre’.Au courant de la conférence, les associations de consommateurs présentes se sont indignées de l’acte posé par Me Massokhna Kane, président de Sos Consommateurs qui a traduit en justice Jean Pierre Dieng, président de l’Uncs pour diffamation. Ce dernier n’a pu assister à la rencontre. Pour Momar Ndao, ’c’est une chose inamicale et inacceptable entre associations de consommateurs’, conclut-il.

Windows Service Pack Blocker Toolkit peut s’exécuter localement sur un PC. Mais il est aussi possible de définir la liste des machines ou des groupes utilisateurs sur lesquels l’installation des Services Pack n’est pas souhaitée. Les valeurs d’une clé de registre spécifique (HKLM\Software\Policies\Microsoft\Windows\WindowsUpdate) sont alors modifiées à distance sur chaque machine concernée.
En avril et en mai prochain, les entreprises qui ne désirent toujours pas installer les Services Pack concernés devront procéder manuellement. Il leur faudra bloquer l’installation à chaque fois que Windows Update propose une nouvelle série de mises à jour (en décochant l’option au moment du téléchargement ou plus tard en refusant l’installation). La tâche sera d’autant plus laborieuse que leur parc de PC sera important.

Le bloqueur automatique continuera de fonctionner pour le SP2 de Vista
En les prévenant dès aujourd’hui, Microsoft estime que les responsables concernés auront le temps de se préparer. En avril, le SP1 de Vista fêtera sa première année de diffusion sur Windows Update tandis qu’en mai le SP3 de XP atteindra ses 10 premiers mois sur le service de mise à jour automatique de Windows. Passé le mois de mai, Windows Service Pack Blocker Toolkit ne perdra pas toute son utilité puisqu’il continuera de fonctionner pour le Service Pack 2 de Vista qui est désormais attendu courant mai.
Pour bloquer l’installation d’Internet Explorer 8 qui sera aussi proposée par Windows Update, il faudra en revanche utiliser un outil spécifique annoncé en janvier dernier.

Momar CISSE