kouthiaLa quarantaine proche, le comédien et animateur Samba Sine, alias Kouthia, s’est fait une place au soleil. Après Walf Fm puis à Walf Tv qui l’ont lancé, le chef de desk comédie de la Télévision Futurs médias (Tfm) refuse de prendre service. Il n’a pas mis les pieds aux Almadies (local de la télé) depuis le jour de la Korité lors du plateau spécial. Dans cet entretien qu’il nous a accordé hier matin, Kouthia explique les raisons qui l’ont poussé à déclarer urbi et orbi que la Tfm ne marche pas avec ses «erreurs techniques et sa programmation mal ficelée». En plus, celui qui s’autoproclame meilleur comédien refuse d’animer une émission de matinée encore moins d’après-midi qu’il dit laisser aux causeries de Mbayang ou de Déguène Chimère.
Walf Grand-Place : Tfm vient de démarrer. Vous êtes promu chef de desk comédie et pourtant on ne vous a pas encore vu à l’écran ?

Kouthia : On ne peut pas me voir à la télé parce que je suis un chef de desk qui ne dirige même pas 9 personnes. Je suis avec Tonton Ada et Sylla Mougneul. Aussi, je ne suis pas impliqué dans le travail. Au moment où je vous parle, je sens plus la radio que la télé.

Mercredi passé, vous avez affirmé à la radio au cours de votre émission que vous ne partirez pas à Tfm ?

Ceux qui me connaissent savent que je suis un homme libre. Et cela, depuis Walf où il m’arrivait de dire des choses qui ne plaisaient pas à Sidy Lamine Niasse. L’engouement que j’avais pour la télé s’est effrité. La télé ne marche pas. On m’a fait chef, mais je ne comprends même pas ma mission. Qui plus est, les fonctions se chevauchent. On m’a fait chef de desk comédie et l’on a confié à Moustapha Diop (membre de Daaray Kocc, ndlr) le théâtre.

On a l’impression que vous ne voulez pas partager le travail avec Moustapha Diop qui est pourtant un doyen dans le domaine de la comédie ?

Du tout. C’est que je ne comprends pas la mission que l’on m’a confiée. Le service de comédie doit comporter les divertissements. On ne peut pas dire par exemple que quelqu’un est patron du département de football et chercher un gérant du gardien de but. C’est insensé. Je suis vraiment confus, les choses me dépassent. Kouthia est un artiste, donc comprenez un libéral. C’est me charger davantage que de me confier des postes.

On ne vous a pas remis une demande d’explication après votre émission au cours de laquelle vous avez tiré sur la Tfm ?

Si on me donne une demande d’explication pour me dire pourquoi j’ai autant dit à l’antenne, je le prouverai. Je n’ai fait que rapporter ce qui se murmure dans les couloirs de Futurs médias, dans la rue…

Qu’est-ce qui se dit dans les couloirs de Futurs médias ?

Partout, les gens décèlent les nombreuses fautes techniques de Tfm. La télé rediffuse des clips et tout le monde sait que cela ne se fait pas. Les images se plantent parfois. C’est pourquoi j’ai dit que je ne veux pas y aller et qu’on fasse planter mon visage au point que ma famille croit que j’ai fait un accident cardio-vasculaire (Avc) dans le studio. On annonce le démarrage des programmes pour 11 heures, les téléspectateurs attendent jusqu’à 16 heures. Pour l’instant, je suis à la radio. Je n’ai plus remis les pieds à la télé depuis la soirée de la Korité. On ne m’a pas non plus appelé. On se sert d’arguments du genre que Kouthia est injoignable. Mais, la réalité est que je ne suis pas imprégné des activités de Tfm.

J’ai plus de 25 ans d’expérience de télé. Je ne suis pas un profane en la matière. Je suis capable de gérer la direction des programmes. Les débats en culture ne règlent pas le problème. Encore moins la diffusion des clips américains en longueur de journée. On ne peut passer la journée à lire la presse et suivre la nuit des débats. Les téléspectateurs ont besoin de se détendre.

Vous dites que les images de Walf, 2s et Rdv sont plus claires que celles de Tfm. Sur quoi vous vous êtes fondé pour faire ce jugement ?

J’entends les gens de Futurs médias le murmurer dans les couloirs. J’ai vérifié et c’est ce qui est. Les images ne sont pas nettes. Je suis un artiste qui jouit de sa liberté d’expression. Je n’ai pas d’amis parmi les autorités que j’imite. Pour vous expliquer que je tiens à ma liberté.

Pourtant vous caressez parfois Youssou Ndour ?

Il m’arrive de le critiquer au point que mes supérieurs me fassent des remarques. Toutefois, on ne peut pas passer tout son temps à dire du mal de son patron.

Il se dit que vous avez boudé votre poste de chef de desk comédie ?

J’avoue que je ne me suis pas rendu à Tfm depuis le plateau de la Korité parce qu’ils m’ont proposé une heure le matin pour que j’apporte mon concept. J’ai dit niet. Je leur ai rétorque que je ne suis point un animateur de télé-matin. Je réserve ces heures à Mbayang ou Déguène Chimère. Je ne suis pas ces femmes qui font des causeries. Ils ont changé le programme pour me mettre à 16h 30mn. Je leur ai encore opposé un refus pour la bonne et simple raison que je ne suis pas une bande dessinée. Je ne suis ni Tom Souayer encore moins Dartagnan ou Kirikou. je ne peux animer que les prunes. Je ne l’accepterai jamais. La radio est partout, alors que la télé ne dépasse même pas Thiès.

Parlez-nous de vos débuts dans l’art ?

Je suis né comédien. J’étais avec mes grands frères qui évoluaient dans le mouvement associatif. J’ai toujours aimé raconter des histoires. Lorsque je faisais ma formation professionnelle à Assafin, j’ai été découvert par Ambroïse Gomis qui m’à invité pour la première fois à son émission Génération 80 en 1985. Quand j’ai fait la connaissance de Dame Mbengue, on a commencé à faire notre fameux duo qui a tant cartonné. On faisait le petit théâtre à la Rts avec Midi-Première. C’était à l’époque de l’année internationale de la jeunesse.

Comment avez-vous intégré les médias ?

J’ai commencé a la télévision nationale puis à Dakar Fm avec Michael Soumah. Ensuite, j’ai rejoint Dunya Fm pour 3 semaines. En 1999, Dj Boub’s était parti en congés, Jupiter Diagne m’a mis en rapport avec Sidy Lamine Niasse pour que je le remplace pendant 1 mois. J’ai assuré avec brio et l’on m’a proposé un contrat. Le Directeur des programmes d’alors, Aliou Ndiaye, réalisa le fameux concept de Kouthia et Ndiémé qui me révéla au grand public. De 2000 à 2005, j’assurai la prime de la radio leader, Walf Fm.

Qu’est-ce qui vous a marqué à cette époque ?

J’avoue que Ndiémé n’était pas d’une beauté extraordinaire, mais avec humour et mon sens de l’improvisation, je l’ai vendue au public. Je l’idéalisais tellement que les auditeurs croyaient avoir affaire à une déesse. C’est grâce à cette émission qu’elle a trouve un époux. Et lorsqu’elle s’est mariée, j’ai choisi Maty Dieng pour la remplacer. Je me souviens, un jour Dj Edouard qui s’occupait des animateurs est entré dans le studio pour lui demander d’arrêter l’émission parce que sa voix ne passait pas à la radio. J’ai dû intervenir auprès de Sidy pour qu’on la laisse continuer parce que c’est moi qui lui donnais le transport. Je suis fier quand je l’entends maintenant s’exprimer à l’aise.

Vous étiez un fervent défenseur de Sidy Lamine Niasse de telle sorte que votre départ de Walf avait surpris plus d’un ?

Mon départ de Walf m’a même surpris. Quand l’ancienne directrice des programmes de Walf Tv, Aïssatou Diop Fall a pris fonction, elle a commencé à instaurer sa loi. Elle me demandait de ne pas me lever de ma chaise, de diminuer le nombre de dédicaces que j’offrais à mes téléspectateurs. Pis, on a même dit que je faisais de la publicité déguisée sans en apporter les preuves. Comme je suis comédien, je me sentais psychologiquement diminué. Qui me connaît sait que je suis un homme libre, qui dit ce qu’il pense et fait ce dont il a envie. Aïssatou était mon amie, mais quand elle a en une promotion, elle a totalement changé. Thione Seck et Coumba Gawlo ont tenté des médiations. Les choses étaient revenues à la normale. J’avais recommencé. Mais, j’ai pris la porte quand Aïssaiou a demandé que je fasse un duo avec Amdy Mignon. Je suis un intellectuel et régulateur de société.

Je vais rester à la radio pour relever le défi. je préfère être producteur extérieur que d`accepter les heures qu’on me propose. Je fais partie de la génération de Sa Noxo. J’ai même fait un duo avec lui. La regrettée animatrice Sonia Dia avait la cassette. Je veux être une référence dans le domaine de la comédie. Si je n’avais pas de talent, on n’allait pas me retenir à Rfm. Je défie tous les comédiens à venir m’affronter dans une radio ou télé. Je suis le meilleur au Sénégal dans mon domaine.

Pourquoi vous avez refusé de co­animer avec Amdy qui est pourtant comédien comme vous ?

Mon véritable problème avec Aïssatou, c’est qu’elle était consciente, que j’étais un élément incontrôlable. Et comme cet électron libre dérangeait, il fallait le liquider pour se libérer. Comme à l’époque, on ne se saluait pas, elle a peut être transféré le problème dans le domaine professionnel. C’est moi qu’elle a sanctionné en premier.

Pour répondre à la question à propos d’Amdy, le concept que je faisais à Walf Tv m’appartenait et je n’y sentais pas Amdy Mignon. Je précise que nous n’avons pas les mêmes styles. Même si on entretenait d’excellents rapports.

On a l’impression que vous n’aimez pas les duos à la radio avec les comédiens?

Ce n’est pas que je suis jaloux ou pas. Je n’avais pas pour objectif de dénigrer Amdy Mignon. Toutefois, nous ne faisons pas la même chose. C’est un imitateur, alors que je suis comédien. Je ne fais pas de la bouffonnerie, je raconte avec humour ce qui se passe. Comme ce que font les Guignols de l’info (Ndlr : sur la chaîne cryptée Canal+ ). Je me réfère toujours aux écrits des journalistes. Amdy Mignon est conteur et danseur. Ce que je regrette de mon départ de Walf c’est le premier anniversaire. Je n’y ai pas assisté alors que je fais partie des gens qui ont lancé la télé que j’ai quittée en 2007. Cela me fait très mal. J’étais tellement enjoué au départ. Je me souviens de mes premières productions avec Awa Diop Ndiaye.

À quand remonte votre dernière rencontre avec Sidy Lamine Niasse et qu’est-ce que vous vous êtes dit ?

Elle remonte à 2007, le jour où Thione Seck m’avait conduit cher lui dans le cadre de sa médiation. J’avoue que Sidy et moi, on s’estimait. Lorsque j’ai perdu mon père, il s’est déplacé et m’a remis beaucoup d’argent. Même lors de la cérémonie de lancement de la télé, il lui a dédié une minute de silence en sa mémoire. Il m’a amené à la Mecque, alors que j’ai trouvé beaucoup de personnes à walf.

Malgré tout cela, vous avez claqué la porte ?

Durant notre problème, il n’a pas pris le temps de m’écouter. Et comme je n’en pouvais plus, il fallait que je parte. Depuis 2007, on ne s’est pas revu ni parlé au téléphone.

Vous n’avez jamais eu de problème avec les personnages que vous imiter ?

Du tout. J’entendais dire que El hadji Mansour Mbaye m’avait envoyé des nervis. C’est faux. Son fils Lamine Mbaye et le lutteur Tyson sont mes camarades de promotion. On a fait ensemble le collège Fouta Toro. Un jour, le Pr Iba Der Thiam est venu à Walf pour me dire que je le déclarais toujours vaincu dans mes combats. J’étais en studio, mais il a laissé la commission aux vigiles.

Youssou Ndour était votre cible préférée à Walf et aujourd’hui il est votre patron. Ne vous sentez-vous pas un peu gêné de ce retournement de situation ?

Quand j’ai quitté Walf, j’avais décidé d’émigrer au Canada pour faire du théâtre. Comme j’avais fait la connaissance d’un comédien canadien Laurent Ceyel que j’ai rencontré au Festival du rire, j’envisageais de collaborer avec lui. Et j’avais un projet de troupe africaine basée au Canada.

Je suis resté 4 mois sans travailler. J’ai même entendu dire que j’ai quitté Walf parce que Rfm me démarchait. Ce n’est pas vrai. Je vais vous expliquer ce qui c’est passé. Aliou Ndiaye qui a beaucoup contribué à ma carrière depuis Walf m’a contacté pour m’informer du projet de télé qu’on venait de lui confier tout en me faisant savoir qu’il aimerait collaborer avec moi. D’ailleurs, on a travaillé ensemble sur beaucoup de concepts. Mais, comme la télé n’avait pas encore démarré, j’étais obligé du commencer par la radio. En attendant que la télé démarre.

Votre premier jour à Rfm, étiez-vous à l’aise après tout ce que vous racontiez sur Youssou Ndour ?

Pourquoi me sentir gêné. D’ailleurs, j’ai dit à l’antenne qu’il ne faut jamais dire non dans la vie. Qui aurait cru Kouthia animer un jour à Rfm, la radio qu’il a tant dénigrée ? Je l’avais fait exprès pour mettre mes fans à l’aise. Aussi, il faut que l’on comprenne que je suis un comédien. Je n’avais pas à être embarrassé. C’est comme un joueur qu’on achète, il sera obligé d’affronter un jour son ex-­club. Les auditeurs ne croient en rien. Quand on est malade, notre téléphone ne sonne même pas. Ce qui les intéresse, ce n’est pas Kouthia, mais leurs dédicaces. Avant d’entrer en studio, notre téléphone explose. Ensuite, ils ne pensent même pas à nous.

Racontez-nous votre première rencontre avec Youssou Ndour ?

C’est survenu un mois après et tout s’est passé de manière naturelle. On a discuté. Je ne me suis pas excuse. Lui non plus ne m’a pas fait de reproche. C’était la rencontre entre un artiste et un patron de presse.

Il se dit que vous avez des problèmes avec Dj Sidate ?

On avait juste un petit malentendu, mais c’est levé depuis longtemps. Ce sont des auditeurs qui nous avaient divisés. Quand on a refait la programmation, d’aucuns ont tenté de l’influencer en lui faisant croire que j’avais pris ses heures. Mais, tout est revenu à la normale. Je vais souvent le voir et vice-versa.

Réalisé par Ndèye Awa LO
Source Walf Grand Place via Seneweb.com